TRANSFORM'IT
MENU

Les infrastructures informatiques traditionnelles ont longtemps été composées de silos avec des experts en réseau, en stockage et en administration des systèmes, indépendants les uns des autres. Mais la virtualisation et la généralisation des concepts du cloud ont largement contribué à rapprocher, pour ne pas dire entremêler, ces disciplines. Les principes d’infrastructure convergée et hyperconvergée découlent de ce rapprochement.

Flexibilité versus simplicité

Pré-packagées, les infrastructures convergées réunissent serveurs, stockage et réseau au sein d’un même châssis et d’une interface d’administration commune. Certifiés, les composants sont optimisés pour fonctionner ensemble, parfois même pour un workload donné. Basées sur les principes du « Software Defined Infrastructure », les infrastructures hyperconvergées favorisent l’IT as a Service et banalisent la couche matérielle en la rendant transparente. Objectif : proposer une infrastructure de livraison de VMs à la demande, opérationnelles en quelques minutes.

A la fois similaires et différents, ces deux concepts se distinguent par leur flexibilité et leur simplicité d’implémentation :

Personnalisable, l’infrastructure convergée permet généralement de choisir son hyperviseur (Vblock supporte exclusivement VMware), de gérer une plus grande variété de workloads, y compris en « bare metal », ou encore de définir les fonctionnalités et services utilisés. L’entreprise peut aussi adapter sa configuration matérielle en sélectionnant dans une gamme de composants certifiés. En contrepartie, cette liberté suppose davantage de réflexion et de travail de la part des équipes IT pour personnaliser et sélectionner les attributs des composants.

Prête à l’emploi, l’infrastructure hyperconvergée ne s’étend et n’évolue que par adjonction de nouvelles « boîtes ». Une flexibilité restreinte qui a toutefois des avantages : elle libère les équipes IT des contraintes de choix et de mises en œuvre. Résultat, le déploiement est d’autant plus rapide que de nombreux services (sauvegardes, déduplication, etc.) peuvent également être déjà pré-paramétrés.

infrastructure-convergee-hyperconvergee

Blocks, racks ou appliances – a chacun sa solution

L’adoption de l’une ou l’autre de ces infrastructures est avant tout une question de choix en fonction de contraintes existantes et/ou d’objectifs à plus ou moins long terme. Dans cette perspective, et afin de mieux répondre à la diversité des attentes de nos clients, – que ce soit en termes d’échelle, d’environnement, de type d’application et d’organisation du service IT -, EMC a élaboré une gamme complète, résumée en termes génériques : blocks, racks & appliances. Ces trois appellations sont identifiées commercialement par :

  • Vblock/VxBlock de VCE : des infrastructures convergées disponibles depuis 2009 et qui n’ont cessé d’évoluer et de guider le marché,
  • VxRack annoncé récemment : un modèle hyper-convergé hautement scalable et flexible,
  • VxRAIL : une appliance hyperconvergée dédiée aux environnements VMware s’appuyant sur un partenariat exclusif entre EMC & VMware.

convergee-hyperconvergee

Pourquoi offrir un portfolio aussi complet ? De même qu’il n’existe pas de baie de stockage multi-usages permettant de répondre à tous les critères imaginables (latence, résilience, scalabilité, services…) au prix d’une machine bas de gamme, il n’existe pas d’infrastructure « couteau suisse » idéale. Partant de ce principe, nous avons opté pour une gamme complète avec des solutions réellement adaptées à vos problématiques et à vos besoins spécifiques.

Certes, l’hyperconvergence gagne du terrain. Très réceptives au concept, certaines DSI françaises ont même été des « early adopters ». De fait, lorsqu’un projet identifié comme étant idéal pour l’hyperconvergence se présente, saisissez-le ! Il vous permettra de vous familiariser avec ses concepts de facilité de gestion, de modèle répétable tout en favorisant la migration vers un modèle d’équipe IT transversale et une IT as a Service. Toutefois, l’hyperconvergence n’est pas systématiquement la meilleure solution. Sans compter qu’une majorité d’applications, de processus et d’habitudes ralentissent son adoption.

Sept critères pour bien choisir

Pour faire le bon choix entre infrastructure convergée ou hyperconvergée, entre blocks, racks et appliances, nous vous conseillons de focaliser votre réflexion sur les 7 critères suivants :

  1. Virtualisation – Exécution en « bare metal » ou sous VMs et avec quel hyperviseur ?

Critique, la réponse à cette question oriente définitivement le choix, les solutions hyperconvergées privilégiant, en général l’éxécution des applications via un hyperviseur et moins en mode natif, pourtant optimal pour certaines applications comme SAP Hana ou des bases de données type OLTP. Surtout, elles sont parfois liées à un hyperviseur donné. VxRail, par exemple, est conçu et optimisé pour VMware vSphere, l’hyperviseur de référence.

  1. ScalabilitéCombien de VMs actives à gérer simultanément ?

La mise à échelle d’infrastructures hyperconvergées s’effectue exclusivement en « scale out », par adjonction de nouvelles appliances. Moins figées, les infrastructures convergées permettent de monter en charge en adaptant les éléments, par l’ajout soit de serveurs ou de ressources stockage. Dès lors, des solutions convergées de type VBlock/VxBlock peuvent s’avérer plus économiques quand on sait dès le départ que l’infrastructure va devoir gérer des dizaines de milliers de machines.

  1. Topologie des machines – Les workloads ont-ils des exigences atypiques ?

Une infrastructure hyperconvergée repose sur une homogénéité extrême de l’ensemble des appliances. Homogénéité qui a ses avantages mais aussi ses inconvénients : face à des applications ayant des consommations atypiques de mémoire, CPU ou stockage, l’infrastructure convergée est généralement mieux adaptée. Elle offre en effet plus de souplesse, le stockage pouvant évoluer indépendamment du « compute » et inversement. Dans cette perspective, l’approche VxRack combine une grande souplesse d’architecture avec les bénéfices d’une approche Cloud « As a Service ».

  1. Prédictibilité des applications – A quel point maitrisez-vous vos besoins futurs ?

Le type d’applications hébergées influe beaucoup sur le choix d’une infrastructure. Le support de l’existant, la maitrise des besoins futurs en mémoire, stockage ou puissance de telle ou telle application… sont autant de critères à prendre en compte afin de pouvoir arbitrer sur les capacités d’évolutivité requises.

  1. Sensibilité des applications – Quelle est votre marge de manœuvre en termes de latence ?

Certains workload (OLTP, ingénierie, etc.) sont particulièrement sensibles à la latence. Or l’approche « Software Defined » des infrastructures hyperconvergées engendre un impact sensible sur les latences. Spécialement optimisée pour des environnements exigeants en performances, latences, et l’exécution « bare metal », la convergence est souvent mieux adaptée à ces workloads.

  1. Services de données – Quels sont vos besoins ?

Les infrastructures hyperconvergées sont généralement livrées avec un ensemble de services de données intimement liées à l’hyperviseur et aux fonctionnalités de virtualisation sur lesquelles elles reposent. Vos besoins en matière de réplication, de déduplication, de sauvegarde, de continuité d’activité et d’intégration avec vos solutions existantes peuvent fortement influer votre choix.

  1. Flexibilité ou facilité d’administration – Où placer le curseur ?

L’homogénéité des systèmes hyperconvergés et leur approche 100% « Software Defined » engendrent une grande facilité d’administration puisque l’abstraction matérielle est totale. Il en résulte une agilité maximale, renforcée par la philosophie « IT as a Service ». Les infrastructures convergées offrent, en revanche, davantage de flexibilité en termes de montée en charge « Scale Up », de support d’hyperviseurs, de distribution et d’optimisation des workloads. Selon le placement du curseur entre flexibilité et simplicité, vous opterez pour VxBlock, VxRack ou VxRail.

En bref

Il n’existe pas d’infrastructure idéale mais seulement des solutions adaptées à des besoins spécifiques avec, d’un côté, une grande liberté de choix mais plus personnalisation à réaliser soi-même et, de l’autre, une infrastructure clef en main, optimisée pour un environnement de virtualisation donné. Entre ces deux approches, il existe des variantes qu’EMC couvre avec une gamme aussi complète que possible, étudiée pour tous les critères que nous venons de passer en revue. Et si la plupart de ces critères sont assez faciles à déterminer, certains méritent un échange que nous serons heureux d’avoir avec vous.

Pour aller plus loin :

Regardez ce webinar qui présente plus en détail les problématiques des départements IT (Consolidation de Datacenter, projet de desktops virtuels, gestion de sites distants…) et les solutions convergées et hyperconvergées d’EMC qui y répondent > Webinar infra convergée ou hyperconvergée, que choisir ?

Des questions ? > laissez un commentaire ci-dessous ou contactez moi via Twitter @_ebernard

Découvrez l’ensemble du portfolio convergé/hyperconvergé d’EMC > Comment moderniser son Datacenter



Emmanuel Bernard

Emmanuel Bernard est Consultant Avant-vente Senior depuis 2011 chez EMC, dans une équipe d’experts en charge des aspects Virtualisation et Cloud Computing. Il s’occupe plus particulièrement des projets End User Computing chez EMC. Emmanuel a précédemment travaillé au sein d’éditeurs de logiciels et start-up telles que Veeam, GFT et Avocent où il était en charge des aspects avant-vente pour les clients mais également avec le réseau de partenaires revendeurs. Sa carrière a commencé il y a plus de 15 ans au sein de SSII comme ingénieur, chef de projet et directeur technique.

COMMENTAIRES